Peut-on consommer du soja (lait, tofu…) ?

Un article très partagé sur les réseaux sociaux a jeté le discrédit sur le soja et tous ses produits dérivés (lait de soja, tofu…). Cet article a était analysé avec soin par Hervé Berbille, ingénieur agro-alimentaire spécialiste du soja, qui démonte point par point cette litanie de mensonges et de fausses références. Vous trouverez l’intégralité de cette analyse sur la page  suivante : Le soja qui tue ? La vérité sur un article délirant

Le tofu, consommé depuis plus de 9000 ans

Le tofu, consommé depuis plus de 9000 ans

Je ne reprends ici que les intérêts réellement prouvés du soja sur la santé (extraits de l’article cité ci-dessus)

Libre à chacun de se faire sa propre idée sur la question…

Le soja et ses dérivées sont parfaitement sans danger

  • Le soja est consommé depuis plus de 9000 ans (ce n’est donc pas une nouveauté ni un effet de mode)
  • Le soja non fermenté (lait, tofu, yahourt) ne contient aucun poison (l’auteur qui l’affirme n’en cite d’ailleurs aucun, et pour cause)

Les protéines de soja sont très digestes et assimilables

Tous les aliments dérivés du soja sont très assimilables, surtout en ce qui concerne l’azote (protéines, NDLR). Ces préparations constituent une nourriture très avantageuse et les matières protéiques y existent sous une forme très assimilable ; Les protéines du soja ont une digestibilité réelle élevée.

Le soja est bénéfique pour enfants

  • Les laits infantiles à base de soja assurent une parfaite croissance aux nourrissons. L’ANSES (pourtant liée à l’industrie laitière) a reconnu la parfaire innocuité de ces laits infantiles.
  • Le soja active leurs gènes anticancéreux, les protégeant contre :
    • les cancers hormono-dépendants
    • les maladies cardio-vasculaires
    • l’obésité
    • les polluants environnementaux
    • le BPA
    • la puberté précoce

Le soja a beaucoup d’intérêt pour la santé

Le soja (et ses dérivés) :

  • protège du diabète
  • inhibe la croissance tumorale des cellules cancéreuse du pancréas (cancer particulièrement meurtrier)
  • enraye la progression des tumeurs ovariennes
  • protège du cancer du sein
  • protège de la constipation (fibres)
  • protège contre l’obésité (isoflavone)
  • combat la fatigue chronique (isoflavone)
  • favorise la vascularisation (isoflavone)
  • protège de la maladie d’Alzheimer (isoflavone)
  • améliore les fonctions cognitive
  • combat la dépression

Le soja ne contient pas d’hormone

Les isoflavones contenus dans le soja sont également appelés phyto-oestrogènes, terme qui fait allusion aux oestrogènes, pourtant ces 2 molécules n’ont absolument rien à voir et exercent des activités radicalement opposées. Les isoflavones luttent contre l’infertilité (alors que les oestrogènes sont anticonceptionnels)
Rappelons que ce sont ces mêmes isoflavones qui donne toutes ses vertus au thé vert.

La FDA (agence sanitaire) donne son aval et même une allégation spéciale au soja

  • Les isoflavones (ou phyto-oestogènes) contenus dans le soja, ont obtenus le statut GRAS (généralement reconnue comme sans danger)
  • La FDA reconnaît que la protéine de soja ne pose pas de problème à la population et qu’elle n’a donc pas besoin d’être soumise au processus d’approbation GRAS.
  • En 1999 la FDA a accordé une allégation santé aux protéines de soja, reconnaissant officiellement leur capacité à réduire le risque coronarien. D’autres pays (Japon, Malaisie, Royaume-Uni) ont également accordé cette allégation
  • La FDA n’a pas attribué au produits issus du soja le statut GRAS car ce statut ne s’applique qu’aux additifs alimentaires, et non aux aliments eux-mêmes (la tomate, le blé ou le concombre n’ont donc pas ce statut GRAS)
Tofu et lait de soja

Tofu et lait de soja